David Bontemps: The Making of “Vibrations”

Pour annoncer la sortie de son nouvel album “Vibrations” en avril prochain, David Bontemps présente la vidéo promotionnelle réalisée par Guy-Édouard César.

Bon visionnement!

Cliquer ici pour lire la bio de David.

Jeanie Bogart: Anvi W

M tanvi pale avè w
tande vwa w kap rezonnen
tankou souf van pote sot lwen, byen lwen
m tanvi koute chak mo k ap sot lan bouch ou
bèl pawòl ki fofile jouk nan emosyon m
pawòl ki satiyèt mwen
ki penchen m, mode m
pawòl ki fè m tresayi

M tanvi kanpe fas pou fas avè w
pou m wè yon lòt fwa ankò
sa k ap fèm fou konsa, k ap vire lòlòj mwem
lajounen kou lannwit
visaj ou ki enprime nan rèv mwen
nan panse m, nan kòle m, nan lespwa m
pou m wè kò w k ap rele kò m san pran souf
branch cheve w ki makònen ak zantray mwen

m tanvi manyen w
pase pwent dwèt mwen sou tout kò w
jouk yo antre nan entèdi w
jwe sou po w yon senfoni
ki pi bèl pase tout senfoni Moza
ki pi dous pase yon senfoni Betovenn
m tanvi manyen w, mòde w, souse w
jouk nou danse yanvalou nan teyat lannwit

From the CD “Dènye Rèl”

*   *   *

International Award Winning Poet Jeanie Bogart was born in Haiti where she studied Journalism. She started to write at the age of fourteen. Her poetry is a revolution in terms of writing as she dares to express desire in an erotic manner. She migrated to New York in 1996 where she studied Fashion Design. She managed to write and design on her spare time while working as a French and Creole Interpreter for the New York State Court System. She is also currently a journalist- staff writer at the Connecticut Haitian Voice.

In 2006, she won the first prize in a Creole poetry contest by Kalbas Lò Lakarayib in Martinique. Her poems have been published in many anthologies such as “Plaisir des Mots” by Dossiers d’Aquitaine – France 2007, “La Poésie Haïtienne Contemporaine” by La Maison de la Poésie – Belgium 2007, la Revue Littéraire Passerelle – Montréal 2008.

Her poetry book Un Jour… tes pantoufles was published by Éditions Paroles in Montreal in 2008. She is the voice on Lettres d’Automne/Tanlapli, a CD by Franz Benjamin that came out in Montréal in 2008. She released a CD of Haitian Creole poetry titled “Dènye Rèl” in 2009. In Feb 2011, she published Éloge de l’Interlocuteur together with poet Saint-John Kauss (Éditions Joseph Ouaknine -France).

She was a signing author at Livres en Folie Haiti in 2009.  She has performed at The Medicine Show Theatre in Manhattan, the Bowery Poetry Club, the Brecht Forum, BLVD, the Brooklyn Central Library, Harvard University, The Ferguson Library in Stamford-Connecticut, Northeastern University in Boston, Lehman College (Poetry Slam: Celebrating Haitian Women) Bronx, NY March 2011.

Her latest poetry book titled Paradoxe was published by Editions Dédicaces in Montréal in 2011. She is now working on a novel.

Margaret Papillon/Chevelin


Coming soon / A paraître bientôt:

La BD de la Légende de Quisqueya: Texte de Margaret Papillon / Illustrations: Chevelin Djasmy Pierre

Graphic Design de la Promo: Sidney Desmangles

Giscard Nazon: Sortie

Jonel Juste: Qui s’est permis?

Qui s’est permis
De déplacer l’azur
Des quatre coins des cieux
A l’heure où l’arc-en-ciel
Se pâme à l’horizon?

Qui s’est permis
D’émietter mes vieux songes
A coup de crépuscules
Au beau lever du jour?

Qui s’est permis
De me réveiller tard
A l’heure où les oiseaux
Oublient de chanter faux?

Qui s’est permis
De brûler le désir
A l’heure où la lune
A changé de quartier?

Qui s’est permis
De changer le décor
de la mémoire
des pas perdus

Qui s’est permis enfin
De jouer avec mes rêves
Dans mes nuits d’insomnie?

Ne jouez pas avec mes rêves
J’en ai besoin
Pour les jeter à la face du vent
Qui me dévisage

Il me les faut
Pour traverser les rues mortes
Et les torrents séchés

J’en ai besoin
Pour semer mes cauchemars
Aux quatre coins des rues
Que je n’emprunte plus

Il me les faut
Pour assouvir ma nostalgie
D’un temps pas si lointain

J’en ai besoin
Pour les mettre sous mon oreiller
Et les mirer la nuit
Quand plus personne ne regarde

Ne jouez pas avec mes rêves
C’est avec eux
Que j’emprisonne la lumière
Dans mes poches crevées

Ne jouez pas avec mes rêves
Il me les faut
J’en ai besoin
Pour éclater de rire
Quand les nuages se retirent

* * *

Jonel Juste, journaliste, poète, est né à Port-au-Prince le 2 octobre 1980. Après quatre ans de collaboration (2003-2007) au quotidien haïtien Le Nouvelliste (Port-au-Prince), il rejoint les rangs de la revue socioculturelle Vues d’Haïti et a travaillé à Haiti Press Network, une agence de presse en ligne dont il a été le rédacteur en chef pendant quatre ans (2007-2011). Il a aussi collaboré au quotidien Le Matin (2007), le second journal d’Haïti. Ecrivant aussi bien en français qu’en anglais, Jonel Juste travaille depuis 2011 pour l’agence de presse haïtiano-américaine Defend Haiti dont les articles sont repris par le Miami Herald.

En tant que poète, pendant quatre ans (2000-2004), Jonel Juste a été co-animateur de l’Atelier de création artistique Marcel Gilbert de la Bibliothèque Justin Lhérisson de Carrefour, banlieue sud de Port-au-Prince. En l’an 2000, il était le lauréat du concours Dictée des Amériques à Port-au-Prince et était allé représenter Haïti au Canada. Il a aussi été en 2002 le 2eme 2e lauréat du concours de poésie organisé par l’École Normale Supérieure de Port-au-Prince.

Des poèmes de Jonel Juste ont été publiés dans Le Nouvelliste. D’autres textes sont publiés dans des revues, des ouvrages collectifs et des sites spécialisés sur le Net.

Rojmeck: Girl Hiding From the World

Girl Hiding from the World
Acrylic on canvas, 14 x 17
2011

Born in Haiti, Rojmeck (Roland Mecklembourg) is a self-taught artist and self-made man.

“I will describe my art as I describe myself: a Primitive living in a Modern world having the Impression that everything around me is Sur-Real. When everything looks Natural or Classical, at times they are to me an Abstraction of space that is difficult to lay a hand upon. Therefore I must not be far of becoming a Universalist.”

Roland Mecklembourg

Marjory Sheba: 730 Days and Counting

Poem to commemorate Haiti’s 2010 earthquake, 2 years later

730 days and counting

Our people are suffering

They’ve suffered before- but now their hearts are tearing
Tears dried-up and their spirits decaying
January 12, 2010- A new day of reckoning

The Earth shook and swallowed us in
Massacred our loved ones and our families
Displaced our goods, brought down our entities

[30 days]
We agonized and grieved
Grieved and agonized
Grounded our feet to our foreign-raped land
Gagged ourselves to our lost government

Help did come from distant shores
[90 days]
Billions raised and millions more

But, we died in massive numbers still
[200 days]
Cholera came and sought to kill
And though, resilient in our fight
We grew weak and became ill

[300 days]
Sick from the corruptions clenching our air
Leaders and politicians who barely care
For the stench under those tents
Is just unimaginable
And the reason why we’re waiting still
Simply inexcusable

365 jou,
Et nou t’ap tan toujou

Pou ti moun anba tòl

trouve chimen lekòl

Pou tout moun kap soufri

Bat grangou nan la ri

Rive jwenn soulajman

Anba solèy touman

United we stand, divided we fall
Oui, L’union fait la force

But, who will answer the call?

We cry out for justice
May change be our gain
That Haiti does rise
From its rubbles again

And today-
Another 365 days later,
Still, more of the same
Our men pile up in tombs unnamed
Our women, victimized and shamed
Visitor troops with machine guns
How thick our drying blood still
runs!

Our NGO’s, now multiplied

Lay bricks on crimes unjustified

A system donned with ghost-like faces
A country broken into pieces

Perhaps today-
we will look earnestly at one another
And into the victims’ weary eyes
And see our mother and brother
Our friend and neighbor
All struggling to survive

And this time, eradicating the lies
And strengthening our ties,
Stand together-
730 days stronger!

All rights reserved. Copyright 2008 by Marjory Sheba. No portion of this posting can be transmitted or used without written permission from Author.

* * *

Marjory Sheba is a singer, a thespian and actress. She’s been a talk show host on television and on the radio. In 2008, she published her first book, Shebafied! A Poetic Journey to Self-Actualization. Prior to that, she wrote Haitians on the Move, a monthly column on The Caribbean Sun Newspaper, which highlighted the significant strides and progress of the Haitian Diaspora. She’s had articles and stories published with the HSDA Observer, Iliad Press, The NLP and many others. But, in all, she remains firsthand a conscious being—daughter, sister, and mother. She is simply a woman, living and enjoying life, althewhile seeking to be in harmony with all aspects of herself..

Marlene Rigaud Apollon: Premier Mots

Premiers mots (Traduit de « First Words »)

«La poétesse Marlène Apollon, dans un style perfectionné dans le programme de Maîtrise en Rédaction Professionnelle, évoque les horreurs de sa jeunesse haïtienne d’une voix à la fois triste et indignée. C’était une histoire qu’elle avait aspiré à dire au monde, une histoire qui criait d’être racontée. »

C’est ce que Jan Nelson Lucas, Rédactrice en Chef de Recommended Reading, Faculté Towson University et d’un bulletin du personnel, dit de moi dans “Writes of Passage” (Towson, un magazine pour les anciens et les amis de l’Université Towson, Automne 1998, Volume 3, Numéro 1, p. 10) dans son introduction à son article basé sur l’entrevue que je lui ai accordée après la publication de I Want to Dance, Je veux Danser (American Literary Press, Baltimore 1996), mon deuxième livre de poésie, le premier en anglais.

Je l’avais d’abord dite dans Cris de Colère, Chants d’Espoir (CIDHICA, Canada, 1992) ma première publication, rééditée en 2007 que j’avais adressée à ma géné-ration comme un appel à se souvenir du passé, à guérir, s’unir, construire le pré-sent et planifier l’avenir.

Avec I Want to Dance, dédiée à la génération de nos en-fants «étrangers» nés partout où nous avons planté des racines «temporaires» en attendant de retour-ner chez nous, pour que notre passé ne devienne pas leur avenir» (Elie Wiesel); aux gens courageux qui ont risqué leur vie pour cacher les amis en danger; et à tous ceux de partout qui se sont sacrifiés pour que d’autres puissent jouir de la paix, la liberté et l’espoir, je voulais que mes enfants, les générations qui vien-draient après eux et le monde entier saisissent à travers mes descriptions vivantes et en relief, dans des poèmes comme «In the land of Dreams and of Lies, Au pays des rêves et des mensonges» (Si je n’avais que des regrets, p.23), «To a Lady Standing, Torch in Hand, A Une Dame Debout, Torche à la main» (Cris de colère, p. 29), ou «Guantanamo Boy», Petit Garçon de Guantanamo», pour-quoi ceux de nos générations ont dû quitter Haïti à partir des années 1960, ce qu’était la vie pour plusieurs de ces premiers immigrants puis, plus tard, pour ceux qu’on a nommé «Boat People».

Au pays des songes et des mensonges (Extrait)

Au pays des songes et des mensonges
La nuit, pas un chat ne rode
Et quand vient le matin
Les chauves-souris se métamorphosent
En cadavres de jeunes gens.

Au pays des songes et des mensonges
Le concert nocturne des crapauds et des cigales
A fait place à celui des pétarades et des rafales

Au pays des songes et des mensonges
L’on dort un œil ouvert, un œil fermé
Et le cœur battant, battant à éclater

Au pays des songes et des mensonges
Les mères ne chantent plus « Dodo, titit, krab nan kalalou »
Car les crabes mangent les petits enfants dans leur sommeil

Au pays des songes et des mensonges
Ce que les yeux voient, la bouche n’ose le raconter

Au pays des songes devenus mensonges
Et des mensonges devenus Vérité à force d’être répétés,
L’inimaginable est désormais l’ordinaire.

Au pays des songes devenus mensonges
Il n’y a de réel que la misère et la mort
Qui, lentement, étouffent l’espoir.
Et demain reste en veilleuse.

Si je n’avais que des Regrets p. 23 (Paris, St Germain des Prés, 1997)

* * *

En el pais de los sueños et las mentiras

En el país de los sueños y las mentiras,
El concierto nocturno de sapos y cigarras
Deja lugar al de tiros y ráfagas

En el país de los sueños y las mentiras,
Se duerme con un ojo cerrado y un ojo abierto
Y el corazón que late, late hasta estallar.

En el país de los sueños y las mentiras,
Las madres ya no cantan «Dodo, titit, krab nan kalalou»
Pues, hoy, los cangrejos comen a los niños
Que duermen.

En el país de los sueños y las mentiras,
Lo que los ojos ven
Lo que las orejas oyen
La boca no osa repetir.

En el país de los sueños vueltos mentira,
Y de las mentiras vueltas Verdad
A fuerza de ser repetidas,
Lo inimaginable se ha vuelto ordinario.

En el país de los sueños vueltos verdad,
Sólo son reales la miseria y la muerte
Quienes, lentamente, ahogan la esperanza
Que mañana queda a la espera.

Mais, surtout, je voulais partager avec eux la lutte courageuse du peuple haïtien avec ses hauts et ses bas in-cessants dans son cheminement de l’obscurité à l’espoir vers un avenir meilleur. Parce que, pour moi,

«Mon pays
Avec plus que sa dose de patience
De résilience et d’endurance

Mon pays n’est pas mort! »

Bien que j’avais écrit des essais et des récits à l’école graduée, j’ai trouvé que partager mon premier livre de poésie en anglais avec tant de gens d’autres cultures qui s’y retrouvaient ou la décrivait comme une puissante expérience ajoutait une dimension supplémentaire à ma voix d’écrivain. Ce sentiment est devenu encore plus intense quand les lecteurs se sont mis à traduire mes écrits en Anglais, Espagnol et même en Danois.

Je continue donc, passionnément, mots après précieux mots, à parler pour ceux «qui ne peuvent plus parler … pour que ma voix leur donne une voix » et pour tous les autres qui apprécient ce que je dis. Et je continuerai à le faire jusqu’au jour où j’aurai le loisir de ne parler que de Paix, d’Amour et de Beauté !

* * *

Marlène Rigaud Apollon a quitté son terre natale, Haïti, en 1964, comme la plupart des immigrés de sa génération, «pour ne jamais y retourner pour de bon». Ses écrits, en français, anglais et créole comprennent de la poésie, deux biographies, des essais et des livres pour enfants. Ils ont paru dans plusieurs journaux, magazines et anthologies. En plus des livres cités ci-dessus, elle a publié Haiti Trivia, Haiti Art Trivia, Pour l’amour d’un pays, et a édité et traduit Louis Mercier, A la Reconquête de l’Idéal Haiti, Une voix d’hier pour aujourd’hui et demain – Louis Mercier, To Reconquer the Haitian Ideal, A vioce from yesterday for today and tomorrow et La Mystique de la Citadelle-The Mystique of the Citadelle. Elle est une éditorialiste à Radio Solidarité (www.snaa.org – 1 712-432-6663)

Marlène Rigaud Apollon
www.marlenerigaudapollon.com

http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/apollon.html

Rebecca Noelle Zama: Optimum Me

REACH FOR THE STARS

Reach for the stars

The sky is the limit

Everything and anything is possible

You can give it a try

Clear the path, the obstacles

Make room for yourself

Hear the sound of success

Calling your name

Find the real you, find what you can do

Overachieving is good

There is nothing worse than not trying

Reach out, think outside of the box

Get a grasp on the world around you

There is no such thing as “I can’t do it”

High above the clouds are the stars waiting for you

you won’t see them if you’re not willing

to go above and beyond the clouds

Every single star is ready to welcome you

Don’t keep them waiting

Someone might tell you that it’s impossible

Don’t listen to negative thoughts

There’s strength in all of us

Search within you to find yours

Aim high and don’t let anyone dampen your spirits

Rise up, beyond and above the obvious

Rejoice when you get to the road of success

You know that you have done your best

Start reaching for the stars now

There is no time like the present.

Rebecca Noelle Zama is a 12 year old 8th grader who was born in Washington D.C. Since an early age, she has been passionate about singing, dancing and acting and has been doing so for many years. Rebecca began performing publicly at the age of 4 years old, at concerts, fundraisers, churches, and galas throughout different communities. She is proud of her Haitian-American heritage and speaks Haitian Creole and French, in addition to English. She has been in plays at Stoneham Theatre and Children’s Theatre Workshop. Rebecca has also done extra work in movies like “The Game Plan”, “The Zookeeper” and other upcoming movies. She has also been in commercials for Hood Milk and Friendly’s Restaurant. Last winter, Rebecca released her first book of poetry entitled “Optimum Me”. Rebecca is about to release her first single on iTunes entitled “Hit the Floor”.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 624 other followers