CANCER DE LA SOCIETE HAITIENNE: Le Zonzonnisme

Je manquerais à mes devoirs de citoyen si je m’arrêtais à lire cet article de Suze François paru sur le blog de Patricia Mellin sans penser à le disséminer. Avec la détermination sincère de voir Haïti sortir de son marasme routinier, une prise de conscience s’impose pour que nous changions notre attitude envers autrui d’épaule. Il faut réaliser qu’une petite minorité, quelque prospère qu’elle soit, ne saurait suffire à faire fonctionner une nation adéquatement. Le pays a besoin de la collaboration de TOUS ses fils pour grandir sainement.

A tous, je dis BONNE LECTURE et surtout PROFONDES REFLEXIONS!

CANCER DE LA SOCIETE HAITIENNE: Le Zonzonnisme

Au cours des années 90, j’ai côtoyé pas mal d’étrangers qui travaillaient en Haïti dans le cadre du rétablissement de l’ordre constitutionnel dans le pays. Ces étrangers, en majeur partie blancs, ne cessaient de vanter la beauté des femmes haïtiennes. Pour eux, jamais ils n’avaient touché à des peaux aussi douces et belles. Ces femmes aux yeux noirs et aux lèvres charnues étaient ensorcelantes, me disaient-ils, et leurs courbes de femme bien galbées leur inspiraient l’amour. A les entendre, les femmes haïtiennes étaient tout simplement canons et sensuelles.

Un jour nous avons décidé de nous rencontrer dans un restaurant à Pétion Ville pour diner, et là j’ai eu la chance de faire la connaissance de quelques unes de ces déesses qui avaient tant impressionné mes amis étrangers. Mon Dieu, ce que j’ai été déçue ! Je n’arrivais pas à en croire mes yeux. Elles étaient toutes des zonzons.

Zonzon est une épithète Créole donnée aux filles (et non aux hommes) considérées comme laides, aux gouts vestimentaires peu recherchés, et dont les manières ne correspondent pas aux critères de la mentalité bourgeoise haïtienne. Les termes ‘kokorat’ et ‘grizon’ sont aussi des synonymes du mot zonzon mais mettent beaucoup plus l’accent sur la chevelure et laissent croire que les femmes aux cheveux courts ou tressés sont laides.

Sans être revenue de ma stupéfaction, nous nous sommes assis à une table au fond du restaurant et avons dicté au serveur nos commandes. L’atmosphère entre les filles et moi était très tendue et je me sentais très mal à l’aise en leur compagnie. Elles ne parlaient ni français, ni anglais et nous n’avions rien en commun. Le comble, leurs manières à table laissaient à désirer. Dans quoi me suis-je fourrée me demandai-je. Pourtant, mes amis étrangers paraissaient tout à fait à leur aise. Ils ont passé toute la soirée à parler tant bien que mal un dialecte franco-créole ou anglo-créole et moi j’essayais de garder le sourire et de jouer à la fille polie.

De retour chez moi, je ne cessais de penser à mes amis étrangers. A leurs yeux, ces femmes étaient des déesses mais pour moi elles n’étaient que des zonzons avec qui je ne voulais avoir aucune relation, voire les inclure au nombre de mes connaissances. Mais pourquoi cette énorme différence entre ces étrangers et moi? Pourquoi ce sentiment de gêne en compagnie de ces filles? Pourtant nous étions à peu près du même âge … Tant de questions qui me cassaient la tête et auxquelles je n’arrivais pas répondre. Tout s’est éclairci un samedi et j’ai crié comme Archimède, « eureka, eureka ! »

Le samedi à Port-au-Prince, j’aimais me rendre à Pétion Ville pour faire mes courses et m’acheter des livres ou des magazines à la librairie Astérix. Un jour, en sortant de la librairie, une fille qui achetait des fruits non loin de ma voiture a retenu mon attention. Elle était le portrait typique de ce que nous appelons kokorat. J’ai ouvert la portière de ma voiture et me suis assise derrière le volant sans la quitter des yeux. Elle était de taille moyenne et devrait faire 1m 60. Ses cheveux courts étaient coiffés en arrière et retenus par des pinces de couleur noir et un élastique rouge. Elle n’était ni mince ni maigre et portait une paire de jeans qui épousait ses courbes parfaites et ne laissait rien a l’imagination. Ses fesses étaient bien redondantes et n’avaient rien à envier à Beyonce. Sa camisole rouge moulante laissait entrevoir la naissance de petits seins très fermes et un ventre un peu arrondi. A voir la différence qui existait entre la couleur de son cou et celle de son visage, il était évident qu’elle utilisait un produit éclaircissant. Son visage démaquillé affichait des traits bien définis. Franchement, elle n’était pas d’une grande beauté mais elle était loin d’être vilaine.

Cette fille qui se tenait devant la marchande de fruit devait avoir environ 24 ans. A mon avis, elle était beaucoup plus jolie que nombre de mes connaissances. Rien qu’à la voir, j’ai su que nous n’étions pas de la même classe sociale.

Il lui manquait l’éducation, la formation, et un je-ne-sais-quoi que seul les Haïtiens du terroir peuvent discerner. Soudainement, j’étais envahie par une vague de questions. Pourquoi ai-je ce sentiment de supériorité vis-à-vis d’elle? Pourquoi ai-je tant d’atouts en main et elle si peu? Pourquoi la société haïtienne m’a-t-elle appris à mépriser les pauvres et les faibles? Pourquoi les femmes à la peau d’ébène sont souvent perçues comme inférieures a la mulâtresse, grimelle, et griffe dans un pays ou plus de 90% de la population est de couleur noire. Pourquoi à l’école, sans savoir pourquoi, les filles à peau claire et de parents aisés ont toujours été les favorites des professeurs et des religieuses qu’elles soient brillantes ou pas. Pourquoi ne qualifie-t-on jamais une mulâtresse de zonzon même si elle est peu belle physiquement, dépourvue de bonnes manières et de goût vestimentaire ? Pourquoi …? Pourquoi tant d’acharnement et de négativité à l’égard des enfants de ‘Soyèt?’ J’ai découvert que la pauvreté est un sujet bien délicat et complexe. Beaucoup d’entre nous ont opté d’ignorer l’existence de cette réalité dans notre pays, car admettre qu’elle existe voudrait aussi dire que nous devrions chercher un remède a ce mal qui ronge Haïti. Par conséquent, nous choisissons la solution la plus facile celle de condamner le pauvre au lieu de condamner le système qui le produit. Nous disons ‘ah! Li se yon zonzon,’ ‘li se yon kokorat,’ ‘Li se yon malerez.’ Pourtant, si nous voulons être francs, les étiquettes péjoratives et discriminatoires n’ont jamais aidé à résoudre les maux de notre pays. Au contraire, elles se transforment en cancers qui ensuite se métastasent à tous les niveaux de notre société. Tout ceci n’est pas pour pointer du doigt la classe favorisée et les gens à peau claire d’Haïti. Qu’on soit riche ou pauvre, brun ou mulâtre nous sommes tous des Haïtiens. Si nous voulons reconstruire Haïti, nous devons crever les abcès qui rongent notre pays et nous débarrasser de nos mentalités erronées. Il est temps de nous dépouiller des complexes de supériorité et du snobisme qui nous empêchent d’avancer et de tendre la main a ceux qui ont tant besoin de nous. Il est tant que nous comprenions que faire partie de la classe favorisée en Haïti est une exception et non pas une généralité. Vous et moi qui avions eu la chance de recevoir une éducation scolaire et universitaire solide et d’évoluer dans un milieu social propice à l’épanouissement et le développement individuel avons un devoir envers ceux qui n’ont pas eu ces privilèges. Celui de les relever et non de les rabaisser; de les aider et non pas de les mépriser.

Dans un pays où l’état est en dérive, où il n’y a aucun système de bien être social, où le chômage fait ravage, comment ose-t-on? Et comment osais-je traiter nos femmes et nos filles de la classe défavorisée de zonzon, korarat, et grizon. C’est vrai qu’elles ne répondent pas aux critères de beauté Européenne, c’est vrai qu’elles ne maitrisent pas la langue de Voltaire; c’est encore vrai qu’elles ne connaissent pas les règles de bienséance. Mais est-ce vraiment leur faute? Devrions-nous augmenter leurs misères en les stigmatisant et les marginaliser encore plus? La pauvrete n’était-elle pas déjà une lourde croix à porter? De plus, depuis quand les Européens avaient l’exclusivité en matière de beauté? Noussommes un peuple dont la culture est aussi Française qu’Africaine. De ce fait, mépriser ce qui est de l’Afrique serait aussi mépriser qui nous sommes, car il n’y aurait pas d’Haïtiens (comme nous les connaissons aujourd’hui) sans la Traite des Noirs. Cette hybridité qui fait partie de notre identité de peuple est une force culturelle qui demande à être exploitée et une richesse à protéger.

Il m’a fallu des étrangers blancs pour apprécier la beauté des différentes femmes de mon pays. Par moment, mes préjuges voudraient reprendre le dessus et altérer ma vision, mais je les domine par les forces de la connaissance. Aujourd’hui ous sommes à un tournant de notre vie de peuple où, pour vivre et développer notre pays, nous devons éradiquer les cancers qui rongent notre société. Alors, embrassons la diversité de notre culture, embrassons la diversité démographique de notre pays, embrassons l’Haïtien!

par Suze François, Fayetteville, Arkansas

Comments

  1. Fethner says:

    Impressive! Ca c’est la réalité pure….

  2. A noter la date originale de publication de cet article (4 Février 2006).
    Voir une différente perspective sur essentiellement le même sujet dans cet article de Nicole Siméon, publié le 11 Juillet 2012: “Que dire d’être Noir dans la « république » de Pétion-Ville ?” – http://www.lenouvelliste.com/article4.php?newsid=107037

  3. Ѵous nous concoctez toujours des areticles passionnants

  4. Post très attrayant !!!

  5. Je suis entièrement d’accord avec vous

  6. Јe suis ѵenu sur votre post par hasɑrd : jje ne lle reǥrette point !

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: