«PERSPECTIVES IN TECHNICOLOR»

Poetry in English, French & Creole

COURTING OUR CONSCIOUSNESS

Using gogyohka to court our consciousness…

Click on the word gogyohka to find out more about that style.

«Trépidations d’un Cœur en Tumulte» – Maryse C. Elysée

Click on the book to preview some of the poems & purchase the book at www.amazon.com

For a signed copy, contact the author at [email protected] 

READ & SHARE Book Club

AU FIL DE: “Blessures De L’âme”.

via READ & SHARE Book Club.

Guy Cayemite: poèmes

FINI

Tu réclames toute attention
mais tues l’âme de mes intentions
sans merci tu me nies ton cœur,
la lie de ta cigüe, mon malheur,
un lit qui me hante, m’enchante
et me lie à cette plume qui te chante.
“C’est fini! Fini le lien! Adieu!”
me dis tu, “Fini!” au lieu
d’un au revoir comme de coutume,
voir un baiser à ma plume…
Vaut mieux me fuir
que m’être indifférente,
vaut mieux me hair
que m’être distante,
l’amour en onde
court notre monde…
Un jour tu es là,
en un tour, l’autre pas,
en somme tu oscilles
comme tu pétilles…
Tout en toi m’est égal,
à mon goût, un régal,
car vois tu , je t’aime
toutes les fois le même…

***

Né le 8 juillet 1950 à Jérémie, Louis Joseph Guy Marie Cayemitte est le fils de René Cayemitte, instituteur, et d’Inès Mars. Il fit ses études primaires chez les Frères de l’Instruction Chrétienne. Pour ses études secondaires, il fréquenta d’abord le collège Saint Louis de Jérémie (jusqu’en Rétho) et ensuite le lycée Anténor Firmin (Philo). Après des études en comptabilité à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques, il a travaillé à l’usine à glace Nationale et à la Banque de Boston à Port-au-Prince jusqu’en 1982. Il s’est ensuite établi à Miami, en Floride, où il réside jusqu’à cette date. Il s’essaie à la poésie depuis 2009.

Anna Fayona: Impossible Retour (extraits)

Un texte et un haïku d’Anna Fayonna extraits du livre IMPOSSIBLE RETOUR

Je revenais du gym
et il se tenait là
tout près de l’escalier
à l’entrée du métro.
Ce jeune homme noir au regard suppliant
mendiant quelques centimes
afin de s’acheter
le premier pain de la journée.
Je n’avais dans mon portefeuille
qu’un peu de petites pièces
Et j’ai eu si honte d’avoir à offrir
moins que le Huard
que j’ai passé mon chemin
sans lui faire une offrande.
Depuis, j’ai le cœur lourd.
Ce jeune homme là,
c’est le fils de quelqu’un
quelqu’un qui sans doute me ressemble.
Et je pleure
à la place d’une mère
qui ignore peut‑être que son fils
se tient dans une station de métro
tendant une main désespérée
vers des gens qui l’évitent à tout prix.

***

Tout comme le roseau
Se plier au gré du vent
Puis se relever

***

Anna Fayonna est un nom de plume. Pourquoi un nom de plume? C’est simplement que, dans la vie de tous les jours, être comptable et être écrivain ne font pas bon ménage. Anna Fayonna est auteure alors que l’autre part d’elle‑même, par la force des choses, continue d’œuvrer dans le milieu corporatif de Montréal.

Anna Fayonna est née à Port‑au‑Prince, de l’union d’une nonne ─une religieuse de la congrégation catholique Saint‑Joseph de Cluny et bonne sœur à Sainte‑Rose de Lima qui, toute jeune, quitta le couvent pour cause de maladie─ et d’un prédicateur pentecôtiste, un célibataire endurci, un homme qui avait bien vécu et qui entrait en âge. Deux êtres dont la rencontre eût été impossible, si ce n’était de la sainte présence de l’Église!

C’est en 2006 que Fayonna publie son premier roman Une suite de petits événements – en toute innocence. Depuis, elle a publié trois autres romans et un recueil de poèmes introspectifs. Fayonna a d’abord voulu se pencher sur la situation des femmes. Les femmes, dans leurs faiblesses et leurs désappointements; mais aussi dans leur grandeur et dans leurs réussites! Néanmoins, comment parler de femmes sans parler des hommes? Ainsi tous ses romans finissent par se conjuguer au pluriel, pour explorer un peu les vastes possibilités de notre humanité.

Toujours soucieuse de la condition des femmes, Fayonna a participé au Comité des Femmes des Communautés culturelles de la Fédération des Femmes du Québec. À l’occasion de la marche mondiale des femmes, en octobre 2010, elle rédige, avec Alexandra Pierre, un article paru dans le Féminisme en Bref et intitulé « Autonomie en emploi: une course à obstacles pour les femmes immigrantes ». Actuellement, à Montréal, elle est directrice générale d’un organisme de défense des droits des personnes aînées, en vue d’une amélioration de leur qualité de vie. Dans le cadre de ses fonctions, elle a récemment rédigé et présenté, à l’Assemblée Nationale, un mémoire sur les enjeux liés à une éventuelle décriminalisation de l’euthanasie et du suicide assisté, relativement à la Commission sur la question de Mourir dans la dignité.

Ouvrages publiés:
Une Suite de Petits Événements – En Toute Innocence  (roman, 2006)
Les Lycéennes  (roman, 2008)
Le Pain des Sans‑Pitiés (roman, 2009)
La Confusion des Photogéniques (roman, 2011)
Impossible Retour  (textes introspectifs)

Réveil de la nature

Pâle et doucement, l’aube point à l’horizon.

La terre se recueille dans une oraison.

Tout semble être de concert avec la nature

Qui s’éveille et revêt sa plus belle parure.

La gamme de nuances velours et pastel

Harmonieusement peignent le vaste ciel.

O divine aquarelle pour mes yeux une fête;

Pour mon cœur solitaire agréable conquête.

Là-bas sur les côteaux par l’espace bleuis

La brise fait frémir la barbe des maïs

En fleurs.  Et la fourmi, ménagère matinale,

Dit bonjour au jour d’une fraicheur virginale.

La lune palie aux nuées fait des caresses;

Tandis qu’au lit encore l’astre du jour paresse.

Et dans la nuit évanescente, seul l’écho

Répond aux répétés et gais cocoricos.

 

J.-Maryse Cayemitte-Elysée

Route de Kenscoff, le 18 juillet 1968

Je te salue, Ruthy!

Je te salue, Ruthy

Petite fleur cueillie à peine éclose,

Dont l’existence écourtée rappelle celle de la rose;

Petite fleur à la corolle plus brillante

Que les pétales d’un oiseau du paradis;

Ton arôme exquis embaume d’espérance le destin de plus d’un.

Je te salue, Ruthy

Petite fleur pleine d’attraits.

Tant d’êtres se sont abreuvés

Au calice de ton généreux cœur.

Que ta grâce infinie soit une force inspiratrice

Pour ta génération et les autres à venir

Que tes frères et sœurs puisent dans tes élans d’altruisme

Le courage qu’il faut pour suivre sans faillir

Le dessein qui leur a été tracé par notre père céleste.

Je te salue, Ruthy

Petite fleur moissonnée prématurément

Pour que point elle ne flétrisse

A l’assaut des vicissitudes de cette vie

Que ton faisceau d’humanisme

Rayonne à travers l’espace et le temps

Et serve de phare motrice aux êtres de bonne volonté.

Je te salue, Ruthy

Petite fleur qui repose

A l’ombre de cette apothéose

Qu’aux âmes préparées

Dieu dispose

L’espace d’un matin ta mission sur terre s’est accomplie

Et pour cause, tu es partie laissant derrière

Toute une trainée de bienfaits, de dons, d’amour,

De joie réconfortante à ceux comptés parmi les tiens

Et d’intenses regrets pour ceux qui n’ont pas connu ce privilège…

Ruthy, petite fleur,

Dors pieusement ce sommeil des anges!

[by Maryse Cayemitte-Elysée]

Paroles, Paroles

Poésie de Hugues Cote; Leila Laraque; et Wanga Nègès.

Hugues Cote: Poèmes

Où es-tu ?

Pourquoi les fuis-tu?
Tu pourrais leur rendre leur humanité
Mon amie générosité
Tu restes tapie dans l’ombre d’un troubadour
Mon amour
Être d’une petite civilisation
Trublion de la fusion
Ensemble on est bien
Viens
J’ai envie
De t’imposer
De t’exposer
En déesse de la vie
Te fêter
Je voudrais te présenter
À ces âmes malheureuses
Qui se pensent heureuses
Le verbe facile
Mais aux actions imbéciles
L’intelligence du livre flamboyante
Des autistes
Quand il s’agit de l’intelligence du cœur
Sombre histoire de mœurs
Et de petites mentalités
Tu m’as habité
Tu m’as gâté
Tu pourrais leur rendre leur humanité
Mon amie générosité
Et quand je te sors
Ils ne veulent pas te voir
Comme avec moi d’ailleurs
Qui semble venir d’ailleurs
Pourtant un des leurs
Au diable les pleurs
Marre d’être bâillonner
Va aussi les harponner
Tu verras
Tu réussiras

Où même les dieux ont failli
Agis
Exorcise les surhumains
Pour les rendre humain
Demain
Pour le bien de l’humanité
Et apaiser la nervosité
De ceux dont ils piétinent la dignité
Qui désacralise la notion de liberté
Redonner du sens au mot égalité
Une vraie saveur à la fraternité
Qu’ils perçoivent ton intensité
Ta clarté
Je t’aime
Pour le salut de leurs âmes
Pour nos enfants
Sois brillante
Oublie leurs imbécilités
Soigne leurs vanités
Au nom de notre amitié et de l’unité
L’être ne doit pas être fragmenté
Ne me donne pas l’exclusivité
laisse-les goûter
Expérimenter
La beauté
Les possibilités
De l’universalité
Tu pourrais leur rendre leur humanité
Mon amie générosité

***

L’Artiste

Je l’ai vue
Entendue
Ému, mes larmes sont allées à la rencontre de son âme

***

Blog de l’auteur ici.

Hugues Cote