Aurélie M. Fièvre: Poèmes

LES COULEURS DE MA VIE

Sur une feuille blanche,
A l’encre noire
Sont tracés les contours de ma vie.
A moi d’y mettre les couleurs
Pour qu’elle soit une réussite ou un échec.
Mes couleurs ne sont ni le rouge, ni le jaune et encore moins le bleu.
Ce ne sont ni des couleurs vives ni  des couleurs pastels.
Je n’ai qu’une couleur, une nuance de tons chauds et de tons froid.
Ma couleur, c’est un camaïeu allant de l’essai au succès,
Un glacis brillant du mensonge à la vérité.
Un blairotage juxtaposant le tort et le pardon,
Un putoisage qui mêle la haine et la jalousie,
Les fond en charité, pour  enfin les lisser en générosité.
Ma couleur n’a pas de nom,
C’est la  couleur du bonheur,
C’est la couleur de l’amour,
C’est la couleur de la vie.

*   *   *

MON HISTOIRE

Tu me regardes sans me voir

car si tu me voyais

tu verrais que derrière mon regard
se cache une tragique histoire
.

Une histoire qui a commencé
dans mes yeux
et s’est terminé dans  mon cœur.

C’est l’histoire d’une mère qui pleure son enfant
et celle d’un père qui n’a plus de maison.

C’est l’histoire d’un orphelin, d’un estropié, d’un manchot,
d’un aveugle, d’un sourd, d’un muet,
d’un rescapé, d’un blessé, d’un disparu, d’un mourant et d’un mort.

C’est l’histoire d’un choc, d’une secousse, d’un tremblement,
d’un grain de poussière et de milliers
de décombres.

C’est l’histoire d’un cri
d’une larme.

C’est l’histoire d’un homme
et celle d’une femme;
d’un vieillard et d’un enfant;

d’un peuple affligé, d’une nation affolée et d’un pays terrorisé.

C’est l’histoire d’un citoyen;
C’est l’histoire d’un haïtien;
C’est mon histoire…

*   *   *

LE SAC A MAIN

Elle marche face contre terre,
lentement,
les épaules affaissées par l’inélégance de son sac à main.
Sac qui porte le poids d’un passé.
Un passé qu’elle voudrait oublier…
Un passé dont elle a hérité…
Un passé qui est maintenant le sien.
Impossible de s’en détacher;
que son poids pèse lourd sur le cœur,
ou qu’il lui mette les yeux en pleurs,
elle ne peut s’en séparer.
Il fait partie d’elle,
sans lui elle serait incomplète.
C’est elle qui l’a choisi,
imprudente,
sous-estimant sa densité,
minimisant sa goujaterie.
Il est devenu oppressant,
presque paralysant.
Il ankylose son cœur,
rend léthargiques ses pensées,
et son corps est devenu inerte.
Ce sac lui a ôté sa vie, son sourire,
et même sa foi…
Elle ne peut s’en débarrasser…
En l’acceptant,
elle s’est condamnée,
condamnée à toujours le porter.

Montréal, Canada, le 18 juillet 2011

*   *   *

Aurélie Michelle Fièvre est née à Port-au-Prince, Haïti, le 5 décembre 1990. Après des études classiques à l’Institution Sainte-Rose de Lima, elle fit ses débuts dans la poésie. La beauté de ses textes réside dans leur valeur cathartique; ceux-ci traitant de sujets délicats tels que la vie et ses différentes facettes, sont proches de la réalité des jeunes filles et des expériences auxquelles elles font face. Aurélie réside actuellement au Canada où elle poursuit des études en Droit à l’Université de Montréal.


Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: